LeDauphine.jpgSi, chez Victor Hugo, Gavroche se fait tuer sur les barricades : "C'est la faute à Rousseau !" les oeuvres de combat que l'on connaît tous, ses Discours, où il pose les bases de sa philosophie politique, le Contrat social, l'Émile, où il renouvelle la pédagogie et plaide pour une religion naturelle, n'ont été possibles que par l'expérience des trente premières années de sa vie passées dans les Alpes et dont le récit forme une partie des Confessions.
À Genève, où il est né en 1712, il est un enfant sensible aux moindres marques de "tyrannie" et d'injustice de ses maîtres, et devient un "citoyen récalcitrant" se dressant contre les contraintes d'un apprentissage qui lui font quitter la ville de Calvin et embrasser le catholicisme. En Savoie, à Turin comme à Annecy, il fait ses premiers pas dans un monde pittoresque où il côtoie des personnages de toutes conditions, petit peuple ou bourgeois aisés, ecclésiastiques, nobles
et même aventuriers douteux. Ses errances le conduisent à nouveau en Suisse et à Lyon, mais c'est à Chambéry qu'il va compléter sa formation intellectuelle et musicale : aux Charmettes, il connaît avec Mme de Warens le "court bonheur de [sa] vie". À ces riches années passées dans les Alpes, le proscrit joindra plus tard un séjour de deux ans en Dauphiné.