La bibliothèque compte s’adresser à un large public, composé à la fois de lecteurs curieux de mieux connaître Rousseau et de scolaires pour qui souvent Rousseau reste à découvrir. Par la rareté de certains documents, l’exposition intéressera aussi des lecteurs plus spécialisés. L’actualité de Rousseau sera largement soulignée par l’exposition, que ce soit en rappelant sa dénonciation des inégalités et ses convictions républicaines, sa sensibilité à la nature, ou son choix d’un dévoilement de soi constamment problématisé et renouvelé. Cela sans cacher les points de résistance : la condamnation des sciences et des arts, la méfiance à l’égard de la culture des villes, l’angoisse raisonnée mais profonde qui marque toute la dernière partie de sa vie : il ne s’agit pas de rendre lisse mais de saisir dans sa spécificité l’itinéraire d’un génie universel.

La Bibliothèque municipale de Lyon détient le manuscrit autographe du livret de l’opéra de Rousseau, Le Devin du village, ainsi que de nombreux imprimés pertinents (œuvres de Rousseau, œuvres de ses contemporains écrites en dialogue avec lui, ou encore œuvres polémiques dirigées contre lui) et complétera ses propres fonds par des prêts d’autres  établissements, en particulier  de la région Rhône-Alpes.

La trame de l’exposition reliera pour chaque étape de l’itinéraire de Rousseau un lieu et un thème.

Le commissariat de l’exposition est confié à Michaël O’Dea, professeur émérite à l’Université Lyon 2.
Le Conseil  scientifique mis en place réunit Michaël O’Dea, François Jacob, directeur  de l’Institut et Musée Voltaire et directeur du projet genevois 2012 Rousseau pour tous, Jean-François Perrin, professeur à l’Université Grenoble 3, Takuya Kobayashi, doctorant à l’Université de Neuchâtel, Mireille Védrine, conservateur de la Maison des Charmettes à Chambéry, Frédéric Pautz, directeur du Jardin botanique de Lyon, Eliane Baracetti, chef de projet Rousseau 2012 - Région Rhône-Alpes et pour la Bibliothèque municipale de Lyon,  Bertrand Calenge, directeur, Catherine Goffaux, Pierre Guinard, conservateur général responsable du Fonds ancien.