Métiers d'art


Une initiative des Fontaines pétrifiantes

Depuis 200 ans, à Saint-Nectaire, les sources thermominérales d'origine volcanique sont exploitées pour la fabrication de bas-reliefs en calcaire et le recouvrement d'objets.

Dans une fabrique d'objets d'arts, aujourd'hui labellisée EPV (Entreprise du Patrimoine Vivant), sept générations de la même famille se sont transmis ce savoir-faire unique : la création de bas-reliefs en calcaire dans le respect de leur tradition.

En l'honneur de l'année Rousseau, les Fontaines pétrifiantes de Saint-Nectaire réalisent un nouveau bas-relief en calcaire à l'effigie de Jean-Jacques Rousseau.

Voici une vidéo de la réalisation du premier modèle qui permet de comprendre la complexité de cette fabrique.
Voir la vidéo

Fontaines pétrifiantes de Saint-Nectaire
63170 Saint-Nectaire
tél. 04-73-88-50-80
contact@fontaines-petrifiantes.fr


Spectacles


Confessions et Rêveries d’un Promeneur Solitairereveries_promeneur_solitaire.jpg
Jean-Jacques ROUSSEAU

Mise en scène : Martine CHIFFLOT-COMAZZI
Jeu musical : Béatrice BERNE
Jeu Théâtral : Enitram TEMAR

Ce spectacle théâtral et musical, mis en chantier depuis 2010, présente un portrait de Jean-Jacques Rousseau, à partir de quelques passages des Confessions et de quelques rêveries du promeneur.
L’interprétation de Martine Ramet, sous le pseudonyme d’Enitram Temar, le donne à voir dans toute sa dualité et manifeste la perfection de son écriture introspective.
Véritable performance d’acteur, l’incarnation de l’écrivain nous fait plonger dans les méandres de l’autobiographie et, avec l’inquiétante étrangeté d’un double précurseur, projette sur la scène la radicalité de son expérience de la nature.

Les airs sélectionnés et interprétés par Béatrice Berne, à la clarinette ancienne, rappellent ses affinités avec la musique. Ils tracent un horizon tantôt suggestif tantôt révélateur et manifestent l’étrange génie de l’écrivain si prompt à s’émouvoir.

De promenades en rêveries, ce spectacle nous emmène sur les chemins profonds de la présence de Rousseau.

Martine Chifflot, metteure en scène depuis 1983, est aussi professeure agrégée et docteure en philosophie, elle enseigne à l’Université Lyon 1 (Iufm) et à l’Université Lyon 3. Spécialiste de la théâtralisation des textes littéraires, elle a créé la compagnie ARCthéâtre, des textes en acte, et la compagnie Arcane 17. Elle signera avec ce spectacle sa 66ème mise en scène.
Béatrice Berne est clarinettiste soliste, lauréate de nombreux concours internationaux. Titulaire du C.A. de clarinette, compositrice, elle est aussi professeure au Conservatoire Régional de Clermont-Ferrand et membre du jury national d'attribution des C.A. de clarinette.
Martine Ramet (Enitram Témar), est comédienne permanente d'ARCthéâtre et d'Arcane 17 depuis 1983. Elle a incarné de très nombreux personnages à la scène et à l'écran : Phèdre, Sganarelle, Clarin dans La vie est un songe, le narrateur clownesque des Causes Provisoires, Thérèse d'Avila, etc. Sa connaissance de l'oeuvre de Jean-Jacques Rousseau et de l'écriture autobiographique en font une interprète et une commentatrice de choix.

Les artistes animeront des rencontres et des échanges autour du thème de l’autobiographie, de la nature et de la musique.

Contacts : 06 87 52 28 62
ARC 5 rue de Sèze 69006 LYON
Spectacle en tournée à partir de janvier 2012.

Lecture Spectacle


surlespasdejjr.JpgSUR LES PAS DE JEAN-JACQUES ROUSSEAU  
 
En résonance avec le tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), nous créons et vous proposons une lecture spectacle permettant de redécouvrir l'un des plus illustres philosophes du siècle des Lumières.
 
Les textes sont issus de deux oeuvres : "Rêveries du promeneur solitaire" (1782), "Les confessions"  (1782-1789).
 
Il s'agit bien d'une invitation au voyage...

Quand le soir approchait je descendais des cimes de l'île et j'allais volontiers m'asseoir au bord du lac ; là le bruit des vagues et l'agitation de l'eau fixant mes sens et chassant de mon âme toute autre agitation la plongeaient dans une rêverie délicieuse
 
Le montage dynamique du texte, la mise en voix, l'univers sonore et musical, la mise en espace et en lumières ont pour but de faciliter l'écoute du spectateur, son accès aux oeuvres comme de faire entendre clairement la langue écrite par Rousseau et de susciter la "rêverie".
 
OPTIONS EN ACCOMPAGNEMENT DU SPECTACLE
 
Ateliers artistiques sur le thème "Dis moi dix mots qui te racontent" en lien avec Rousseau et les dix mots 2012 tirés de son oeuvre.
- ateliers d'écriture autobiographique avec Marc Porcu, écrivain
- ateliers mise en voix / lecture publique avec Patrice Vandamme, comédien

Equipe artistique :
 
Adaptation : Jean-Claude Blanc   
Mise en scène / interprétation : Mireille Antoine & Patrice Vandamme
Création musique : Jean Millot
Décor : Mathieu Rousseaux
Création lumières :  Ludovic Micoud-Terraud
 
Partenariats :
DDCS du Rhône
Textes à dire
 
Pour en savoir plus, cliquez ici

© les arTpenteurs
Compagnie Théâtre et lecture
Espace Balmont, avenue Andréï Sakharov
69009 Lyon
04 78 35 33 86
www.les-artpenteurs.com


Jean-Jacques Rousseau... une vie post-mortem


viepostmortem.jpgun film de Bruno Berthier et Olivier Pasquet
© TV.TV.

film documentaire
52 minutes
16/9 HD
de Bruno Berthier et Olivier Pasquet

avec la participation envisagée de

Isabelle Brouard-Arends
Jean-Luc Godard
Michel Houellebecq
Takuya Kobayashi
Catherine Labro
Tanguy L’Aminot
Babacar Ndiaye
Christian Sorrel
Jean Starobinski
Pauline Tanon
Serguey Zanin

et
Jean-Jacques Rousseau

production déléguée : TV.TV.


Synopsis

Le 3 Juillet 1778, au Château d’Ermenonville dans l’Oise, Jacques-Antoine Houdon réalise le masque mortuaire de Jean-Jacques  Rousseau, décédé la veille. Ainsi débute la vie posthume trépidante du « philosophe des Lumières » dont une galerie de portraits,  riche de quelques 6 000 oeuvres, fera le personnage le plus reproduit des 18e et 19e siècles, après Napoléon.
Oubliant le mystère qui plane toujours sur les causes de sa mort, maladie, suicide ou assassinat, une idolâtrie sans borne autant qu’une haine féroce, seront durablement vouées au « père de la Révolution » ou au « faux prophète », « panthéonisé » dès 1794 par l’Assemblée comme « propriété nationale », aux cotés de Marat, Mirabeau et Voltaire. Prenant en Savoie et en Suisse, une dimension toute particulière, ces déchirements animeront le monde politique et intellectuel, bien au delà des Alpes, durant près de trois siècles.
A l’occasion des célébrations du tricentenaire de la naissance du « Citoyen de Genève », le film « Jean-Jacques Rousseau, une vie post-mortem » veut raconter la longue histoire d’un processus mémoriel planétaire, qui sublime les rituels commémoratifs et rayonne aujourd’hui autour de lieux de mémoire toujours plus fréquentés. Prenant entre autres formes celle d’une multiplication exponentielle d’ouvrages et de manifestations, ou bien encore d’homonymies revendiquées, ce processus perpétue le « rousseauisme » avec une inventivité sans cesse renouvelée qui questionne la place de la pensée dans la société des hommes.


LECTURE




Lecture publique

au château de Voissant
à l'occasion des Journées du Patrimoine 2010
le samedi 18 et le dimanche 19 septembre à 15 h.30.

« Jean-Jacques ROUSSEAU et la dame de VOISSANT »


Le château de Voissant, ancienne maison forte, est une belle demeure dauphinoise du XVIe siècle, inscrite à l'Inventaire Supplémentaire des M.H., située à une dizaine de km au sud du Pont-de-Beauvoisin Isère. C'est une propriété privée dont les abords extérieurs seront ouverts au public le samedi 18 et le dimanche 19 septembre 2010 de 10 h. à 12 h. et de 14 h. à 18 h.

A l'automne de sa vie, Jean-Jacques Rousseau décide d'écrire non pas ses Mémoires mais ce qu'il a appelé « Mes Confessions » : « Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature, et cet homme, ce sera moi ». Il va se mettre à nu et s'engage à dire au monde ce qu'il a vécu, ressenti, ses joies, ses faiblesses, avec toute la sincérité qui est la sienne, sans fioriture ni omissions.

C'est dans cet esprit qu'il va raconter, avec l'émerveillement gardé intact, comment, 30 ans plus tôt, une dame « ni belle ni jeune » mais charmante va entreprendre le jeunot timide et emprunté qu'il était et lui faire tourner la tête, le temps d'un voyage en direction de Montpellier où il part se faire soigner. Cette dame, épouse du sieur de Larnage, était une demoiselle Michel du Sozey, famille propriétaire du château de Voissant où elle séjourna elle-même à différentes reprises.

Cette lecture publique d'une durée de 40 mn env. sera faite en extérieur avec vue sur le château.
Lectrice : Marie-Hélène Mathieu.
Public : adultes et adolescents exclusivement.
Entrée libre.

SPECTACLES






PARUTION

Éditions Sulliver
Parution septembre 2010
15 x 22 cm
304 pages
ISBN 978-2-35122-066-5
Prix : 22 €

Jean-Jacques Rousseau
En 78 lettres, un parcours
intellectuel et humain
Présentation de Raymond Trousson

En librairie le 16 septembre

À qui s’adresse ce livre ?
Jean-Jacques Rousseau, En 78 lettres, un parcours intellectuel et humain s’adresse aux lecteurs qui s’intéressent à la vie et à l’oeuvre du philosophe, ainsi qu’à l’histoire du siècle des Lumières.

Le contenu
Présentées par Raymond Trousson, ces 78 lettres choisies de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) à ses contemporains, personnalités privées ou publiques, sont de précieux témoignages sur l’homme, l’écrivain et son époque.
Sélectionnées parmi quelque 2700 lettres écrites entre 1730 et 1778, ces 78 lettres sont, entre autres, adressées à Mme de Warens, Denis Diderot, Voltaire, Malesherbes, Frédéric II. Elles retracent le parcours intime et intellectuel de l’auteur du Contrat social et des Confessions et permettent d’observer l’évolution de sa pensée philosophique et politique grâce à une présentation chronologique.
Cette correspondance révèle aussi le rapport délicat et ambigu que Rousseau entretien avec l’acte d’écrire. Malgré l’abondance épistolaire, se dévoiler par écrit lui demande un effort physique et intellectuel. Apparaissent alors entre les lignes, l’amant, l’ami, le parent derrière le théoricien.

L’écriture
En fonction de leur destinataire, les lettres sont écrites dans un style familier ou érudit, reflétant la liberté de ton et le goût de la syntaxe propres Rousseau.

L’auteur
Raymond Trousson est professeur à l’Université libre de Bruxelles, spécialiste de la littérature et de l’histoire des idées du XVIIIe siècle et plus spécifiquement de Rousseau, Voltaire et Diderot. Il a publié de nombreux ouvrages sur le sujet dont le Dictionnaire de Jean-Jacques Rousseau, aux éditions H. Champion.

À souligner
Ce florilège de 78 lettres permettra au lecteur de pénétrer un univers qui n’était jusqu’à présent accessible que par l’abondante correspondance complète en 20 volumes.